Patrimoine : Résidence et exposition de Wang Keping

C'est à Chambord que l'artiste exposera une vingtaine de sculptures, majoritairement de grand format, qui sont autant de variations sur le motif du couple, très présent dans son œuvre.

Publié le – Mis à jour le

Temps de lecture :

Du au

Lieu Domaine national de Chambord

Horaire

Inspiré par la dualité du grand escalier au centre du monument, Wang Keping donnera à voir sa propre vision du duo, de la gémellité, de l’être double. Il a choisi 4 troncs de chêne abattus dans la forêt du domaine qu’il sculptera en direct, devant le public, dans les jardins à la française du château pendant sa résidence (9 au 11 puis 21-25 octobre). Ces deux autres couples iront ainsi rejoindre leurs semblables sculptés dans des frênes, acacias, cerisiers, saules pleureurs, cyprès ou platanes qui investiront les salles du second étage du château.

Né en 1949 près de Pékin, Wang Keping est l’un des plus grands artistes chinois. Tenté un temps par le théâtre, le jeune Keping s’oriente vers la sculpture à la fin des années 70 et devient membre du groupe des”Etoiles” qui fit irruption en 1979 sur la scène artistique internationale, lors d’une exposition qui marqua, defait, la création du premier mouvement d’avant-garde artistique né sous la République populaire de Chine.Porte-drapeau de ces jeunes artistes épris de liberté, Wang Keping réalise avec Silence une sculpture emblématique de l’opposition à la censure, dont le New York Times fait sa Une quelques jours après l’interdiction de l’exposition par le pouvoir. Plusieurs sculptures monumentales sont installées durant les années 90 en France, aux Etats-Unis, en Allemagne mais c’est surtout la présentation des Spectateurs, pour les “Champs Elysées de la sculpture”, en 2000, qui lance la carrière de Wang Keping : les expositions collectives importantes se succèdent, jusqu’à la monographie du musée de Shenzhen, en 2009, qui présente près de trois décennies de travail. Les années qui suivent voient plusieurs musées français proposer des expositions personnelles à l’artiste : Zadkine (2010), Cernuschi (2011), Carmignac (2018), Rodin et Guimet(2022), alors qu’une première rétrospective est organisée à Pékin en 2013 et qu’une de ses œuvres est achetée en 2016 par le MNAM. Héritier de la longue tradition, devenue aujourd’hui assez rare, de la sculpture en taille directe, Wang Keping est un des derniers virtuoses de cette technique qui lui permet de travailler une variété exceptionnelle d’essences d’arbres. https://www.wangkeping.com/fr/

Information et réservation :

  • Résidence de Wang Keping à Chambord le dimanche 22 octobre puis du samedi 28 au lundi 30 octobre
  • Payant
  • Sans réservation

Lorsque la carte est sélectionnée au clavier, vous pouvez utiliser les touches + et − du clavier pour effectuer un zoom avant ou arrière, ainsi que les touches haut, bas, droite et gauche du clavier pour déplacer la carte.

À proximité

Encore envie de “Patrimoine”

[Nouvelles Renaissance(s] en Centre-Val de Loire] (retour à l'accueil)